Nouvelles
du Phare

Legs testamentaire : l’inspiration d’Isabelle

Je m’appelle Isabelle, affectueusement surnommée la globe-trotter par ma famille et mes amis, et je souhaite aujourd’hui vous raconter la petite histoire d’un grand geste posé pour le Phare Enfants et Familles.

Je suis âgée de 45 ans et travaille dans le milieu de l’éducation depuis plus de 20 ans à titre d’enseignante au niveau primaire. Si je n’ai pas vécu les joies de la maternité, mon quotidien est néanmoins rempli d’enfants débordant d’énergie et avides de découvertes. Mon travail auprès d’eux me permet d’être un témoin privilégié de leurs victoires et bonheurs mais aussi de leurs échecs et malheurs. Je suis toujours éblouie par le courage et la force des enfants devant les obstacles que la vie sème sur leur chemin et par leur capacité à surmonter les plus grandes épreuves.

Il y a quelques années, la petite Madeleine, une élève de 2e année de ma collègue Sylvie, a donné tout son sens à cette résilience. Atteinte depuis sa naissance d’une maladie dégénérative qui entrainait de sévères limitations, elle suivait néanmoins le parcours scolaire régulier, tout en effectuant des séjours de répit ponctuels au Phare. Dans le cadre d’un projet de classe, Sylvie a lancé une activité de levée de fonds pour le Phare et à cette occasion, le papa de Madeleine est venu nous parler de l’approche du Phare en matière de soins palliatifs pédiatriques et raconter tout ce qui y est accompli pour leur famille, comment ils égayent la vie de Madeleine tout en offrant répit et soutien à ses parents. J’ai été interpellée par ses propos et j’ai dès lors choisi de faire un petit don annuel au Phare. J’avoue cependant avoir toujours souhaité en faire plus sans pour autant renoncer aux grands voyages que j’aime tant…

Au printemps dernier, ma mère a entrepris de mettre de l’ordre dans ses papiers suite au décès subit de son conjoint. Elle connaît mon attachement envers le Phare et m’accompagnée pour une visite de la maison André-Gratton où elle a, à son tour, été bouleversée par la grandeur des petits miracles qui y sont réalisés afin de favoriser le bien-être des enfants gravement malades et de leur famille. Quelques jours plus tard, ma mère m’a informée que sans aucune hésitation, elle avait pris les dispositions auprès de son notaire afin d’effectuer un don planifié au Phare par l’entremise d’un legs testamentaire. J’ai été à la fois surprise et émue que ma mère se montre si déterminée dans sa décision et j’admire et salue ce geste généreux et altruiste qui contribuera à la poursuite de la mission du Phare. Grâce au geste posé par ma mère, j’ai maintenant la certitude qu’il existe une façon, pour moi aussi, de participer à la pérennité du Phare et je prendrai sans plus tarder rendez-vous avec mon notaire.

Rédaction: Gracieuseté de Mélanie Dugré, bénévole pour Le Phare Enfants et Familles
Traduction: Gracieuseté de Bernadette Blain, bénévole pour Le Phare Enfants et Familles