Nouvelles
du Phare

Le devoir de mémoire, d'une génération à l'autre

L'année 2019 marque les 20 ans du Phare Enfants et Familles. C'est presqu'une génération statistique et c'est certainement 4 ou 5 générations médias (on considère, pour dire vite, qu'une génération télé par exemple dure 3 à 5 ans, soit le temps pour un enfant de finir son primaire à l'école). Pour un enfant du Phare aujourd'hui, le quotidien passe à vive allure dans les médias sociaux. Une publication sur Instagram dure 24 heures, puis c'est oublié. Il y a 20 ans, bien malin était l'enfant qui avait accès à Internet et qui savait comment publier un contenu bien à lui pour le partager avec une grande communauté. 

Pourtant, hier comme aujourd'hui, les enfants du Phare ne sont pas si différents des autres enfants : ils vivent dans le moment présent. Capter un moment du quotidien, aujourd'hui comme il y a 20 ans, se fait par la magie d'une stratégie bien établie au Phare. Le personnel, les collaborateurs et les bénévoles qui entourent les enfants et les familles savent fixer dans un dessin, un bricolage, un émail sur cuivre, une photo ou une vidéo un moment de plaisir et d'éternité. C'est ainsi qu'au Phare, on a appris à cultiver la mémoire.  

Au soir de l'assemblée générale annuelle (AGA) des membres, le 13 juin 2019, la communauté du Phare a déployé toute sa sensibilité pour célébrer des beaux moments du passé et nommer des piliers du Phare qui appartiennent dorénavant à sa mémoire. Durant l'année 2018-2019, la cofondatrice du Phare, Mme Nicole Marcil-Gratton et M. Freddy Wilson Estevan, préposé aux bénéficiaires et grand ami des enfants du Phare, se sont éteints en laissant dans le deuil la grande communauté du Phare. Pour souligner les 20 ans du Phare et célébrer la vie des centaines d'enfants que Mme Marcil-Gratton et M. Estevan rejoignent dans la mémoire de la grande communauté du Phare, de généreux donateurs ont posé des gestes symboliques d'une compassion extraordinaire. Ces gestes ont été présentés en clôture de l'AGA. 

D'abord, M. et Mme Demers ont offert au Phare l'œuvre magistrale La lumière du Phare, produite par l'artiste et maître-émailleur Bernard Seguin-Poirier afin de souligner les moments les plus durs du quotidien, pour que chaque famille se sache appuyée d'une grande communauté. Dans la cour du Phare, près des balançoires, un donateur a planté un magnifique arbre en hommage aux enfants qui s'amusent jusqu'au bout de la vie. Flanqué d'une plaque gracieusement offerte par les Amis du Jardin Botanique, ce Ginkgo Biloba d'une résilience parmi les plus grandes du règne végétal, veillera sur les enfants et les familles pendant encore bien longtemps. 

Si le dévoilement de ces symboles n'a pris que quelques minutes, leur effet rassurant sera de longue haleine et ils resteront visibles, tangibles pour la communauté, pour longtemps. Durant l'AGA, un autre geste a promis de laisser sa trace: pour honorer la mémoire de M. Freddy Wilson Estevan, le comité de direction du Phare a annoncé la création du Prix Freddy Wilson Estevan. Remis annuellement dans le cadre des activités de reconnaissance lors de l'événement signature des Fêtes, ce prix soulignera l'excellence du travail d'un.e employé.e, sur recommandation de ses pairs, dans ce que Freddy incarnait avec tant de passion: l'amour des enfants et la bienveillance envers les familles. Ainsi, au nom de Freddy, qui sera répété annuellement avec attachement et respect, sera ajouté le nom d'une nouvelle personne. C'est aussi ça cultiver la mémoire au Phare. C'est un devoir envers la communauté et c'est une source d'inspiration pour chacun de ses membres, pour que les valeurs du Phare demeurent plus vibrantes que jamais à travers les générations. 

  • L'arbre le Ginkgo Biloba et la toile La lumière du Phare